L'archéologie au féminin: le cas de Francesca Girasoli

In Actualités @fr

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le dépouillement des documents anciens aux Archives de Bari continue à réserver bien des surprises à l’équipe de Rubi antiqua. Au cours de la seconde mission qui s’est déroulée du 17 au 27 mars, l’histoire de la recherche archéologique ruvesine s’est teintée de rose. La protagoniste dont il est question est une habitante énergique de Ruvo du nom de Francesca Girasoli. Donna Francesca, le 6 août 1839, écrit au Ministre de l’Intérieur du Royaume de Naples afin de demander un permis de fouilles sur des terrains de sa propriété, dans le lieu-dit Croce dei Cappuccini à Ruvo (ASBa, MSA, B4, F. 104, f. 44). Cette dame est depuis peu veuve de Giuseppe Simia, qui résulte lui-même d’archives des années 1830, être le commanditaire de nombreuses fouilles et d’achats d’antiques à Ruvo. La lecture de ces documents vieux de près de deux cents ans redonne vie à ce couple du début du XIXe  siècle, féru d’art et d’archéologie. On les revoit presque sur leur chantier de fouilles, tendus par l’espoir de retrouver « ce pinceau si délicat » des vases de Giulio Jatta (ASBa, MSA, B5, F. 125). Francesca et Giuseppe connaissaient évidemment Giulio et Giovanni Jatta et faisaient sans doute eux aussi partie de cette élite restreinte de la Ruvo de l’époque, qui apparaissait alors comme un boudoir intellectuel caractérisé par une forte compétition culturelle, mais aussi par une réelle passion pour l’art et l’histoire locale.

Cependant, à cette époque, la femme ne jouissait pas des mêmes prérogatives que l’homme. Giovanni Jatta lui-même, homme de culture et héritier des Lumières, parlait de sa belle-soeur Giulia Viesti qu’il appréciait tant, comme dotée d’une intelligence remarquable « bien que femme » ! Francesca Girasoli n’échappe pas aux préjugés de son époque. En effet, le Sous-intendant de Barletta en charge du bon respect de la réglementation entourant le permis, peine à admettre que les opérations de fouilles puissent être menées par une femme, et ce malgré les nombreuses lettres qui lui sont adressées par l’Intendant de la Province de Bari, dans lesquelles il est explicitement fait mention de l’autorisation accordée par Sa Majesté à Donna Francesca Girasoli. Et de fait, dans une lettre officielle du 16 octobre 1839 du Sous-intendant de Barletta, Donna Francesca devient Monsieur Francesco Girasoli (ASBa, MSA, B5, F.110, f. 3). Ce petit détail révèle bien le caractère innovant de l’initiative de cette archéologue avant la lettre.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.